Business France et la DGDDI collaborent !

C’est le jeudi 20 avril  que Muriel Pénicaud, directrice générale de Business France et Rodolphe Gintz, le nouveau directeur général de la DGDDI (Direction Générale des Douanes et Droits Indirects) ont signé un accord de partenariat destiné à faciliter l’accès des entreprises françaises aux marchés étrangers.

Business France et la DGDDI vont, on pourrait dire enfin, favoriser les synergies entre leurs services respectifs pour accélérer le développement international des PME et ETI françaises.

Concrètement, les entreprises accompagnées par Business France à l’export bénéficieront, entre autres, d’un accès facilité aux cellules conseil aux entreprises de la douane, mises en place au sein de ses 42 directions régionales réparties partout en France pour offrir aux PME et ETI un conseil personnalisé et gratuit, adapté à leur schéma logistique.

Dans le cadre de cet accord, les entreprises qui s'adressent à Business France ou à la douane seront automatiquement orientées vers l'autre partenaire, selon leurs besoins. Ainsi, Business France pourra désormais aiguiller les PME et ETI qu’elle accompagne à l’export vers les services de la Douane. L’Agence publique sera en charge de la sélection et de la mise en relation des entreprises avec les équipes en région de la DGDDI, l’objectif étant de faciliter et accélérer la mise sur le marché de leurs produits en vue d’accroître leur chiffre d’affaires à l’export.
En parallèle, la douane mettra en place un référent « attractivité » au sein de ses équipes. Business France pourra solliciter ce référent pour le compte des investisseurs étrangers qu’elle accompagne, afin de répondre à leurs problématiques douanières.
Cet accord permet à Business France de compléter la gamme de services qu’elle propose à ses entreprises clientes en apportant une solution à l’un des freins majeurs des entreprises exportatrices. Elle renforce ainsi la chaîne de valeur du dispositif public d’accompagnement des entreprises à l’international et les accords qu’elle a signés avec les autres opérateurs publics ou privés : Bpifrance (financement et garantie), INPI (protection de la propriété intellectuelle), CCI, CCEF, OSCI… 

Cet accord ne peut être qu’un bonne chose dans l’éternel problème de la France dans ce domaine, à savoir, une volonté indéniable d’inciter les entreprises à aller vers l’international, d’indiscutables moyens mis en place mais un système tellement complexe que l’ensemble est finalement inefficace !

-