Ebola, quand un virus nuit a l'économie !

Selon une analyse du Groupe de la Banque mondiale sur les effets économiques d’Ebola en Afrique, l’épidémie devrait continuer de paralyser l’économie de la Guinée, du Libéria et de la Sierra Leone malgré la baisse significative du taux de contamination constatée dans ces trois pays.
Le Groupe de la Banque mondiale évalue le manque à gagner pour la croissance à au moins 1,6 milliard de dollars en 2015 du fait de l’épidémie.
Toutefois, le rapport souligne que même si l’épidémie d’Ebola est contrôlée et sa propagation endiguée, l’Afrique subsaharienne connaîtra des pertes économiques importantes en 2015. La diffusion de l’épidémie a sapé la confiance des consommateurs et des investisseurs. Les perturbations observées dans les déplacements et le commerce transfrontalier laissent présager plus de 500 millions de dollars de pertes économiques cumulées pour les pays de la région en 2015, en dehors des trois pays directement affectés. 

Cependant, "Ebola n’aura que peu d’impact sur l’économie du continent africain dans son ensemble", a estimé lundi un haut responsable de l’ONU en précisant que "Les trois pays touchés représentent moins de 1% du PIB de l’Afrique". Pour aller dans le même sens positif, Le Fonds monétaire international (FMI) prévoit encore une croissance économique en Afrique de 5% en 2015.