Le commerce extérieur français se porte bien début 2015 !

A l'inverse de la tendance mondiale des échanges internationaux (voir billet précédent), le commerce extérieur se porte bien sur le premier semestre 2015.

Le déficit des échanges de biens se réduit fortement, de près de 20%, passant de 27,0 Md€ à 21,7 Md€.
Cette réduction reste liée majoritairement à la baisse de la facture énergétique, due au recul du cours du pétrole, mais également, ce qui n’était plus le cas depuis plus d’un an, à de bonnes performances dans les autres secteurs, qui expliquent environ un tiers de l’amélioration.

Les exportations accélèrent, grâce à plusieurs grands contrats (notamment dans l’aéronautique et dans le secteur militaire) mais aussi au commerce courant. En particulier, les exports d’automobiles sont dynamiques (+11%), grâce à l’amélioration du marché européen. Les céréales affichent également de bons résultats (+12% par rapport à la même période l’an dernier), après une année 2014 marquée par de mauvaises récoltes et une chute des cours. Au-delà, la plupart des secteurs voient leurs exportations progresser.

Par ailleurs, dans la pharmacie, les importations, qui avaient crû fortement en 2014 et pesé sur le déficit (importation notamment d’un traitement contre l’hépatite C), retrouvent leur niveau de 2013. Le secteur, traditionnellement l’un des points forts de la France à l’export, affiche ainsi à nouveau un excédent plus proche de son niveau habituel (en quasi-doublement sur le semestre, de 1,2 Md€ à 2,2 Md€).

Au total, ces 4 grands secteurs contribuent à l’essentiel de la réduction du déficit : énergie, aéronautique, automobile et pharmacie.

Ainsi, la part de la France dans le commerce mondial se stabilise à 3.5 % des échanges de biens et services.