Un grand "Cocorico" pour Alstom aux USA !

Un mois d’août historiquement favorable pour Alstom et plus globalement pour l’industrie française !
En effet le groupe français Alstom vient de signer un contrat de 1.8 milliard d’euros avec la compagnie ferroviaire américaine Amtrak. Ce contrat prévoit la construction de 28 nouveaux trains pour le «Northeast Corridor», plus connu sous le nom d'Acela, la seule ligne à grande vitesse du pays qui relie Boston à Washington DC via New York et Philadelphie, soit 734 km.
Le nouveau train pourra transporter jusqu’à 35 % de passagers en plus par rapport à son prédécesseur. Dans un premier temps, sa vitesse sera de 257 km/h et pourra atteindre par la suite les 300 km/h. Actuellement, il faut 2 h 45 pour relier les villes de New York et Washington, éloignées de 350 kilomètres environ (220 miles). Par comparaison, le TGV français met 1 h 55 pour un trajet Paris-Lyon de 425 kilomètres.

Alstom fera fabriquer à Hornell, au nord de l’Etat de New York, les rames de son TGV américain. Ce contrat permettra la création de 400 emplois directs dans l’Etat de New York. La compagnie ferroviaire Amtrak a précisé que les premiers trains entreraient en service en 2021.

Ce contrat américain est une vitrine pour la technologie française notamment sur le marché mondial des trains à grande vitesse. Cela pourra notamment servir à Alstom pour vendre sa technologie à d’autres Etats américains tels que la Californie qui construit depuis 2015 une ligne à grande vitesse devant relier San Francisco à Los Angeles (Californie) prévue pour 2020. D’autres projets comme Dallas-Houston (Texas), Las Vegas-Palmdale (Californie) sont également à l’étude. Outre les Etats-Unis, la France, l’Espagne, le Royaume-Uni, la Turquie, la Russie, l’Australie et la Chine qui construisent actuellement de nouvelles lignes à grande vitesse auront besoin de nouveaux TGV, calcule Alstom. L’Allemagne et le Japon songent, eux, à renouveler leur flotte vieillissante.

Afficher l'image d'origine