Bercy France Export, un regard sur 2018 plutôt positif !

Le rendez-vous incontournable des professionnels de l’export « Bercy France Export (BFE), édition 2019, s’est déroulé le 21 février dernier.

Cette cinquième édition a réuni plus de 700 invités autour de Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances, et d'Agnès Pannier-Runacher, Secrétaire d’État auprès du ministre, et de l’ensemble des acteurs de Team France Export (Bpifrance, Business France, CCI) engagés dans la mise en place d’un guichet unique créé dans chaque région.

Cette édition a été l’occasion d’un bilan d’étape des principales réformes du dispositif de soutien à l’export lancées en février 2018.

Résultat de recherche d'images pour "édition 2019 de Bercy France Export (BFE)"

Tout d’abord le constat d’un climat favorable au développement des exportation : le commerce extérieur français donne quelques signes d’amélioration, certes limités mais réels. Le déficit commercial qui se stabilise en-dessous des 60 milliards d’euros (-59,9 Md EUR) avec notamment un déficit hors pétrole qui est en recul (-28 Md EUR au lieu de -32 Md EUR).
La contribution des exportations à la croissance du PIB français a été positive pour la seconde année consécutive avec +0,6 point en 2018 (+ 0,1 pont en 2017) a rappelé Bruno Dumont, en début de matinée. De fait, avec des taux de croissance de 4,5 % en 2017 et 3,8 % en 2018, les exportations ont progressé plus vite que les importations ces deux dernières années.

Au-delà d’un contexte positif, il y a également la volonté de maintenir une politique de soutien à l’export très volontariste et très ouverte perceptible dans le discours mais aussi dans la carte de la politique d’assurance-crédit (PAC) export 2019 (accessible sur le site Internet de la DG Trésor). Sur cette carte on constate une large dominante de la couleur verte, c’est-à-dire les pays où il y a une ouverture sans restriction et le jaune, ouverture sous conditions. Rares sont les pays frappés du rouge, où aucune garantie d’Etat n’est possible.
Concernant la politique d’aide-projet (prêts directs du Trésor, fonds de financement d’études FASEP), elle est également très ouverte : fermée sur le Nicaragua, elle est désormais restreinte sur l’Equateur et l’Ethiopie, elle s’est ouverte ou assouplie sur 5 pays : Suriname, Mauritanie, Népal, Niger, Sierra Leone.

Un premier bilan des différents « outils » disponibles pour soutenir l’exportation a également été fait par Bruno Lemaire :

Une première année positive pour les « prêts du Trésor » et les « procédures de garanties export » gérés par Bpifrance Assurance Export. Même constat pour les « accélérateurs », à qui on demande néanmoins de doubler le nombre de PME et ETI « accélérées » d’ici 2022. Enfin, c’est positif aussi pour le nouveau dispositif d’accompagnement « Team France Export », qui s'appuie sur le rapprochement des Régions, des opérateurs d’Etat (Busines France, Bpifrance) et des Chambres de commerce et d’industrie (CCI) pour créer des « guichets uniques ». Voilà pour le côté bon point !

Côté déception : C’est le cas pour « Pass' Export », lancé en février 2018 et qui n’a enregistré que 2 signatures à ce jour !

Le gouvernement incite vivement les entreprises, notamment les PME et ETI à devenir utilisatrices de ces instruments d’aide pour concrétiser, développer leur projet d’exportation.