Brexit, ENFIN !

Ca y est, cette fois c'est certains, le Brexit se déroulera bien le 31 janvier !
Après trois ans et demi de blocages, les députés britanniques ont donné le feu vert à l’accord de divorce négocié par Boris Johnson avec l'UE, jeudi 9 janvier.
La majorité écrasante dont dispose Boris Johnson depuis les élections législatives de décembre laissait peu de place au doute. L’accord a été adopté à la Chambre des communes par 330 députés contre 231. Le texte traduit dans la loi britannique l’accord de 535 pages conclu dans la douleur par Boris Johnson avec les Vingt-Sept à l’automne dernier.

Quelques explications sur la fin du feuilleton géopolitique de ces dernières années.

Brexit

Enfin ce n'est pas encore terminé, on va dire que c'est la fin d'une saison. En effet, tout un processus va maintenant se mettre en place.

Le texte devra d'abord être validé par la Chambre des Lords puis promulgué par la reine, ce qui devrait relever de la formalité. Il restera alors au Parlement européen à ratifier le traité deux jours avant la date fatidique et le Royaume-Uni deviendra le 31 janvier 22 heures (en France) le premier pays membre à quitter l’Union européenne.
Cette date tournera une page du chaos politique qui s’est emparé du Royaume-Uni depuis le référendum de juin 2016, remporté à 52 % par le « Leave ». Pendant les plus de trois ans qui ont suivi, les Britanniques se sont déchirés sur le sujet et leur Parlement a rejeté l’accord négocié par l’ancienne première ministre Theresa May sans proposer d’autre scénario, faisant craindre jusqu’à récemment une sortie brutale ou un renoncement.

L’ouverture d’une période de transition

 

L’accord de Brexit négocié avec Bruxelles règle dans les grandes lignes le divorce en garantissant notamment les droits des citoyens et en réglant le casse-tête de la frontière irlandaise. Surtout, il vise à garantir un passage en douceur vers une relation future qui reste à déterminer.

Le texte prévoit, en effet, une période de transition jusqu’au 31 décembre 2020, pendant laquelle les Britanniques continueront d’appliquer les règles européennes et d’en bénéficier. Ils verseront leur contribution financière, mais sans siéger dans les institutions ni participer aux décisions. Cette période ne pourra être prolongée qu’une seule fois, jusqu’à fin 2022 au maximum.

Après trois reports du Brexit, prévu initialement en mars 2019, ce délai s’annonce très court pour négocier des accords de libre-échange ou de sécurité qui généralement prennent des années à mettre en place. Mais Boris Johnson ne souhaite pas prolonger cette période de transition. Il l’a répété mercredi à la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen qu’il a reçue à Londres, tout en appelant à commencer « dès que possible » à négocier.