L'international tous azimuts !

Trois infos sont à l’honneur dans « l’international tous azimuts » !

L’Allemagne et ses problèmes économiques, l’OPEP qui prévoit de réduire sa production de pétrole et enfin un nouveau point de conflit « commercial » entre les Etats-Unis et la France (avec l’UE).
Tour d’horizon de ces trois news !

Telechargement

L'Allemagne a mal à son industrie...

D’abord l’Allemagne, qui ne voit pas le rebond espéré par les économistes en cette fin d’année.
Au contraire ! Toujours diminuée par les mauvais résultats du secteur automobile et un contexte international incertain, l’économie allemande subit maintenant une baisse dans la chimie.
Sur l’année la production industrielle a globalement chuté de 5.3 %.
Les constructeurs automobiles prévoient un recul de la production de 16 à 19 points sur l’année, soit la plus forte baisse depuis 20 ans !
Par ricochet, le secteur de la chimie très largement dépendante du secteur automobile, souffre également.
La faiblesse de l’économie de nos voisins d’outre-Rhin va se poursuivre pendant une bonne partie de 2020 selon les observateurs !

L'OPEP  et la loi de l'offre et la demande !

La deuxième info nous amène sur la filière pétrolière.
L’OPEP et ses alliés, qui représentent plus de la moitié de l’offre mondiale, ont annoncé fin de semaine dernière vouloir réduire la production de pétrole dans une proportion plus importante que prévu. Cette annonce à fait rapidement grimper le baril de brent de 1.6 %, à plus de 64 dollars.

Cette réduction des pays producteurs est destinée à soutenir les prix alors que l’offre mondiale est appelée à augmenter. En effet, avec une production américaine qui bat tous les records, on a aussi le Brésil, la Norvège et le Canada qui vont augmenter leurs exportations notamment grâce à de nouveaux champs pétrolifères.
Le problème c’est que cet accroissement de l’offre sur le marché se cumule avec une tendance à la baisse de la demande mondiale.

La France, les Etats-Unis et les GAFA...

La troisième et dernière info de cet article concerne la malheureusement « habituelle » guerre commerciale entre la France et les Etats-Unis. Cette fois c’est l’administration Trump qui souhaite riposter à coup de droits de douanes à la taxe « GAFA » instaurée par la France en juillet 2019.

Les Etats-Unis considèrent que les 4 « Gafa » leaders mondiaux (Google, Amazon, Facebook et Apple) sont injustement visées par cette nouvelle taxe française. Ils annoncent vouloir imposer des droits de douane additionnels à l’importation pouvant atteindre 100 % sur 2,4 milliards de dollars de produits en provenance de France : champagne, sacs de luxe, fromage (Roquefort, gruyère) et yoghourts, produits cosmétiques sont ainsi menacés.

Selon un rapport de l’USTR (bureau du représentant au commerce), publié le 2 décembre, les taxes françaises sont « incompatibles avec les principes en vigueur de la politique fiscale internationale » et « inhabituellement lourdes pour les entreprises américaines concernées ». « L'USTR s'attache à lutter contre le protectionnisme croissant des Etats membres de l'Union européenne, qui ciblent injustement les entreprises américaines ».
La France n’entend pas se laisser faire et annonce, avec le soutient de l’UE, qu’il y aurait une riposte si cette mesure était mise en œuvre par l’administration américaine.

Pour l’instant Donald Trump n’a pas donné son aval sur la proposition de l’USTR. Affaire à suivre...