L'international tous azimuts !

  • Par
  • Le 2020-07-16

L’international tous azimuts... trois actualités liées aux relations internationales avec l’Asie comme élément commun. Une brouille entre Paris et Pékin pour une histoire d’avion, Huawei banni du Royaume-Uni et enfin Singapour qui subit une chute historique de son PIB.

Relations Internationales - Institut Galilée

France-Chine en avion, ce n’est pas si simple...
 

Les relations sino-françaises prennent un peu de plomb dans l’aile, si je peux me permettre ce jeu de mot !
En effet, Pékin n’approuve pas la décision unilatérale de la France consistant à limiter à une les liaisons aériennes de la Chine vers la France au nom de la réciprocité vis-à-vis d’Air France.
Explication : Avec la crise du Covid-19, l’Empire du Milieu avait, comme beaucoup d’autres pays, largement réduit ses liaisons aériennes avec le reste du monde. Depuis mi-mai Pékin autorise à nouveau certaines compagnies à reprendre leur activité, c’est notamment le cas pour Air France qui peut assurer une liaison par semaine avec la Chine. En revanche, pour cette dernière, avec trois compagnies qui font de l’international, Air China, China Eastern, China Southern, et qui ont chacune droit à un vol Chine-France hebdomadaire, on arrive à un total de trois liaisons par semaine.
Paris demande donc la réciprocité et la possibilité pour Air France d’accomplir trois trajets sur la même période.
Comme la décision de Pékin dans ce sens se fait attendre, la France décide de prendre une mesure de rétorsion, en autorisant qu’un seul vol par semaine pour les trois compagnies asiatiques en alternance sur trois semaines.

Même si le problème devrait se régler relativement rapidement, Pékin n’apprécie pas ce genre de décision...
 

Huawei n’est plus le bienvenu au Royaume-Uni !
 

Comme pour le Brexit, le gouvernement de Boris Johnson peine à faire preuve de cohérence dans la prise de décision ! Moins de six mois après avoir autorisé Huawei à participer sous conditions à la construction de son réseau 5G, Boris Johnson a décidé mardi de lui en interdire l'accès. La décision est sans appel, les opérateurs britanniques ne seront plus autorisés à acheter de nouveaux matériels auprès de l'équipementier chinois, soupçonné d'espionnage pour le compte de Pékin, à partir du début de l'an prochain. De plus ils devront progressivement les retirer de leurs infrastructures 5G existantes d'ici à 2027.
C’est notamment suite aux décisions prises par les Etats-Unis à l’encontre de Huawei mais aussi sous la pression des Conservateurs que le Premier ministre britannique à changer de cap. Le problème hongkongais a également contribuer à cette décision.
Cependant, l'éviction de Huawei ralentira l'effort du pays pour déployer la 5G « de deux à trois ans », a averti Oliver Dowden, Ministre de la Culture et du numérique. Un retard d'autant plus fâcheux que ce déploiement à vitesse grand V était l'une des promesses de campagne de Boris Johnson aux dernières législatives de décembre...


Singapour en pleine crise
 

Quelques mots sur ce que subit la cité-Etat asiatique. Singapour est entré en récession au deuxième trimestre, son activité économique plongeant de quelque 41,2 % par rapport au trimestre précédent et 12.6 % comparé à l’année dernière. Un recul historique !

Les raisons avancées pour expliquer cette dégringolade sont essentiellement liées aux mesures prises pour lutter contre la pandémie de coronavirus mais aussi par la faiblesse de la demande extérieure dans le cadre d’un ralentissement de l’économie mondiale.

Comme je le dis souvent, le monde des relations internationales est loin d’être un long fleuve tranquille !