La zone euro

Tout savoir sur... la Zone euro

  A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P   Q   R   S   T   U   V   W   X   Y   Z

 

Définition :

La zone euro (ou Union économique et monétaire - UEM) est l'ensemble géographique constitué par les 19 pays de l'Union européenne qui ont adopté l'euro comme monnaie nationale. Plusieurs critères sont nécessaires pour rejoindre la zone euro : il s'agit des critères de convergence du traité de Maastricht.
La zone euro a été créée en 1999 par 11 des 15 pays que l'UE comptait alors, rejoints par la Grèce en 2001, la Slovénie en 2007, Chypre et Malte en 2008, la Slovaquie en 2009, l'Estonie en 2011, la Lettonie en 21014 et la Lituanie en 2015.
La Suède et le Danemark ont décidé lors de référendums qu'ils n'adoptaient pas l'euro pour l'instant ; le Royaume-Uni ne participe pas à la monnaie unique.
Donc, les derniers pays à avoir rejoint la zone euro sont l’Estonie en 2011 et la Lettonie en janvier 2014.

Liste des pays de la zone euro :

  1. Allemagne
  2. Autriche
  3. Belgique
  4. Chypre
  5. Espagne
  6. Estonie
  7. Finlande
  8. France
  9. Grèce
  10. Irlande
  11. Italie
  12.  Lettonie
  13. Luxembourg
  14. Malte
  15. Pays-Bas
  16. Portugal
  17. Slovaquie
  18. Slovénie
  19. Lituanie

Par ailleurs, Andorre, le Kosovo, Monaco, le Monténégro, Saint-Marin et le Vatican utilisent l’euro sans être membres de l’Union européenne et donc de la zone euro.

Remarque : Les territoires français d'Outre-mer ne font pas partie de la zone euro et conservent le franc CFP ("franc Pacifique") : la Polynésie française, Wallis et Futuna, et la Nouvelle-Calédonie.
Certains pays tiers, dont la monnaie était initialement indexée sur des monnaies de pays de l'Union européenne, maintiennent un taux de change stable avec l'euro. Il s'agit du franc-Pacifique, du franc CFA et l'Escudo cap verdien.

Concrètement, les billets et les pièces circulent depuis le 1er janvier 2002 (bien que fabriqués depuis le janvier 1999 dans les onze pays fondateurs).

Les critères de convergences :

Les critères de convergences (ou « critères de Maastricht ») sont des critères, fondés sur des indicateurs économiques, que doivent respecter les pays membres de l'Union européenne (UE) candidats à l'entrée dans la zone euro. Ces critères furent établis lors du traité de Maastricht, signés par les membres de l'Union européenne le 7 février 1992. Les quatre critères sont définis dans l'article 121 du traité instituant la Communauté européenne. Ils imposent la maîtrise de l'inflation, de la dette publique et du déficit public, la stabilité du taux de change et la convergence des taux d'intérêt :

• le taux d'inflation ne peut dépasser de plus de 1,5 % la moyenne des trois États ayant la plus faible inflation;
• les taux d’intérêt à long terme ne peuvent varier de plus de 2 % par rapport à la moyenne des taux des trois États ayant l’inflation la plus basse;
• le déficit public national doit être inférieur à 3 % du PIB;
• la dette publique ne peut excéder 60 % du PIB;
• les taux de change devront être restés dans la marge de fluctuation autorisée durant les 2 années précédentes l’adoption de l’euro.


 

Fonctionnement de la Zone euro :

La structuration de la zone euro est consacrée au printemps 1998 avec la mise en place de la banque centrale européenne et la sélection des 11 premiers pays candidats retenus sur la base du respect de critères de convergence. Le traité de Lisbonne établit que c’est après consultation du Parlement et discussion au sein du Conseil européen que le Conseil des ministres, sur proposition de la Commission, peut décider à la majorité qualifiée l’adhésion d’un État à la zone euro ; préalablement à cette décision, les membres de l’Eurogroupe disposent d’un droit de recommandation.

Depuis 1997, l’Eurogroupe réunit les ministres de l’Économie et des Finances de la zone euro, avant les réunions du Conseil Ecofin*, afin d’améliorer la coordination des politiques économiques au sein de la zone euro. La Commission participe à ces réunions. Le protocole sur l’Eurogroupe fixe les modalités des réunions des ministres des États membres dont la monnaie est l’euro, lesquels élisent un président pour deux ans et demi. L’Eurogroupe a vu son existence formalisée par le traité de Lisbonne.

*Conseil Ecofin : Le Conseil Affaires économiques et financières, aussi appelé Conseil ECOFIN, correspond à la formation du Conseil réunissant les ministres chargés de l'économie et des finances des vingt sept États membres, la Commission européenne et la Banque Centrale Européenne (BCE). Le Conseil ECOFIN est compétent dans de nombreux domaines tels que la coordination des politiques économiques générales des Etats membres, la surveillance économique, le contrôle de la politique budgétaire et des finances publiques des Etats membres, certaines questions relatives à l'euro (cadre juridique, orientations générales de politique de change), les marchés financiers ainsi que les mouvements de capitaux et les relations économiques avec les pays tiers.

En outre, chaque année, le Conseil ECOFIN prépare et arrête, conjointement avec le Parlement européen, le budget de l'Union européenne, qui avoisine les 100 milliards d'euros.

Le chômage dans la zone euro :

Le chômage a enregistré en mars 2013 un nouveau record absolu dans la zone euro, touchant 19,2 millions de personnes, soit 12,1 % de la population active, montrent des chiffres publiés mardi 30 avril par l'institut européen de statistiques Eurostat. L'inflation tombe à son plus bas niveau depuis trois ans.

Une zone euro coupée en deux (prévisions : février 2013).

Le chômage, qui vole de record en record en Europe, en est à son 23e mois consécutif de hausse dans la zone euro, plongée dans sa seconde récession depuis 2009. Dans l'ensemble de l'Union, le chômage a touché en mars 26,5 millions de personnes, soit un taux à 10,9 %. La progression est spectaculaire par rapport à mars 2012 : le taux de chômage était alors de 11 % dans la zone euro et 10,3 % dans l'ensemble de l'UE. Ces chiffre marquent un record depuis l'introduction de la monnaie unique en 1999.

Le chômage est au plus haut en Grèce et en Espagne, respectivement à 27,2 % (chiffre de janvier, contre 26,4 % en décembre), et 26,7 % en mars, contre 26,3 % le mois précédent. Il se stabilise en revanche en Italie, à 12,5 %, et au Portugal, à 17,5 %. En France, le taux est monté à 11 % contre 10,8 % un mois plus tôt, tandis qu'il est resté stable en Allemagne à 6,9 %, proche de son plus bas niveau depuis la réunification en 1990.

SECONDE RÉCESSION

Le taux d'inflation annuel mesuré par l'évolution des prix de détail a quant à lui fortement décéléré en avril en première estimation, à 1,2 % contre 1,7 % en mars, soit son plus faible niveau depuis février 2010 et sa plus forte baisse mensuelle depuis plus de quatre ans, selon les données d'Eurostat. Le ralentissement est nettement plus fort qu'attendu, les économistes interrogés par Reuters attendant en moyenne un chiffre de 1,6 %.

Source : Le Monde.f