Accord pour le Brexit, non, c'est NON !

Et de trois... C’est aujourd’hui, en début d’après-midi, que les députés britanniques votaient pour la troisième fois pour ou contre l’accord de sortie du Brexit négocié par Theresa may. Les élus de la Chambre des communes ont rejeté par 344 voix contre 286 l’accord sur le Brexit. La stratégie de la Première Ministre de mettre dans la balance du vote sa possible démission en cas de OUI pour l’accord n’aura finalement pas fonctionner.

Brexit

Pour rappel, l’adoption de l’accord était censée permettre au Royaume-Uni de quitter l’UE le 22 mai prochain, avec une période de transition jusqu’au 31 décembre 2020, afin d’éviter une rupture trop brutale de liens tissés pendant 46 ans

Comme l’a déclaré cette dernière, les implications de ce vote sont « graves », avec pour première conséquence l’application du scénario prévu par défaut dans ce cas, un Brexit sans accord au 12 avril 2019.
Le gouvernement britannique a désormais jusqu'à cette date pour proposer un plan B aux dirigeants de l'Union européenne. Sinon, le Royaume-Uni quittera ses partenaires européens sans accord et sans transition, un scénario cauchemar pour les milieux économiques. 
C’est donc dès ce lundi, qu’un nouveau vote sera au programme au parlement britannique. Il sera question d’essayer de mettre d'accord les députés sur une alternative à l'accord rejeté aujourd'hui. Une perspective loin d'être évidente au regard de ce qu'il s'est passé ce mercredi où huit alternatives avaient été rejetées une à une par les parlementaires.

Dans la foulée de ce vote, le président du Conseil européen, Donald Tusk, a convoqué un sommet le 10 avril.

Enfin, ironie du sort, il est amusant de remarquer que ce vote qui a eu lieu ce vendredi 29 mars est le jour où le divorce devait théoriquement entrée en application !