Créateur d’entreprise : une banque pro, un choix pas si simple !

Contrairement à ce qu’on pourrait croire la crise du COVID n’entame pas l’envie de créer son entreprise chez les français. Selon l’INSEE, en 2020, c’est 848 200 entreprises qui ont vu le jour, soit 4 % de plus qu’en 2019, un nouveau record pour l’Hexagone.
Le Dico du Commerce International a souvent publié des articles sur les difficultés de créer son entreprise en France comparé à d’autres pays. Cette fois, faisons un focus sur une question très importante : Le choix de la banque pro, partenaire fondamental dans la réussite d’un projet de création.

Banque3

Une question de temps !

Créer son entreprise en France c’est avant tout une histoire de paperasse et d’argent ! Il faut trouver sa banque forcément dès le début du projet : immatriculation de la société, besoin d’un prêt pour acheter du matériel,  se déclarer au fisc, les premières charges à payer avant même d’avoir commencé ou encore pouvoir encaisser un premier client… bref, la recherche du bon partenaire financier s’impose vite comme une priorité. En revanche cette période de création est également celle où le créateur est le moins disponible !
En fait, le nombre de solutions à cette situation est limitée : Soit l’entrepreneur prend son bâton de pèlerin et prospecte les très nombreuses banques possibles ; soit il utilise internet.

En effet, l’un des avantages du web est d’avoir permis l’avènement d’outils qui facilitent le travail et permet de gagner du temps. C’est le cas pour la recherche d’une banque ! En quelques clics on trouve très facilement des sites qui vous présentent les meilleures banques en ligne professionnelles. Je dirais qu’il n’y a plus qu’à se laisser guider par le prestataire qui compare, conseille et peut parfois faire bénéficier d’une offre parce qu’on passe par lui. Que demander de plus ?

Sur quoi doit porter l’attention ?

Comme dit précédemment, la banque va jouer le rôle d’un véritable partenaire dans la réussite d’un projet d’entreprise. Si on peut confier la comparaison à un tier, il faut quand même savoir les points cruciaux. Listons les éléments à prendre en compte.

Quel type de banque ? Effectivement il existe 3 types de banque. La banque classique qui possède un maillage d’agences sur le territoire ; la banque en ligne, celle qui est rattachée à une banque traditionnelle mais vous propose un service 100 % digital et enfin ce qu’on appelle la néo-banque qui est également 100 % digital mais sans lien avec les établissements traditionnels. Ce critères est important en termes d’accessibilité à l’offre notamment mais aussi au niveau des coûts d’ouverture de compte, de gestion ou encore des différents services.

D'ailleurs, le prix est un paramètre de premier ordre ! Si les services et produits bancaires sont relativement comparables d’une enseigne à une autre, c’est loin d’être le cas en matière de tarif. La réglementation a imposé des contraintes relativement strict au niveau de la transparence des prix auprès des particuliers, mais l’obligation n’est pas la même pour les professionnels. Pour eux les tarifs sont nettement moins détaillés : frais d’incident, frais sur les moyens de paiement et autres prestations… Là l’utilisation d’un comparateur en ligne comme évoqué précédemment va être très efficace pour étudier cette offre (volontairement) complexe à appréhender.

Les services, un plus à ne pas négliger… Certes c’est d’un compte bancaire dont l’entreprise à besoin, mais la notion de "partenaire", en parlant de sa banque, doit lui permettre de proposer davantage. Des conseillers dédiés aux professionnelles, accessibilité (horaires… vive les banque en ligne), les différents moyens de paiement/encaissement proposés, les transaction internationales…
Une banque n’est pas juste une tirelire, elle doit véritablement accompagner l’entrepreneur qui, souvent, n’a pas de temps à consacrer aux domaines comptable ou financier, qui peuvent lui être totalement étranger !


La complexité des démarches de création d’une entreprise cumulé aux difficultés liées à l’activité elle-même ne doit pas pour autant faire du choix d’une banque un élément secondaire, un compte ouvert sans réfléchir et trop souvent dans l’urgence. Les entrepreneurs oublient trop souvent cette notion de « partenaire » à laquelle la banque doit correspondre et qui laisse entendre la place qu’elle doit occuper, c’est-à-dire un véritable outil pour le développement d’une activité.