Cuir + cosmétique = Excédent !

Depuis quelques semaines, les bilans du commerce extérieur de la France par secteur d’activité commencent à être publiés.

Aujourd’hui Le Dico du commerce international vous propose un focus sur deux secteurs qui se sont bien comportés en 2018 : Le cuir et la beauté (cosmétique).

Résultat de recherche d'images pour "cuir et cosmétique exportation"   Résultat de recherche d'images pour "maroquinerie exportation"

Le cuir, un secteur qui reprend du poil de la bête !

Comme chaque année, l’Observatoire Economique du CONSEIL NATIONAL DU CUIR (CNC) présente les informations statistiques actualisées sur l’évolution et la structure des échanges réalisés entre la France et ses principaux partenaires économiques.         
Bonne nouvelle, les exportations ont enregistré l’an dernier une croissance à deux chiffres (+ 10 %) et atteint 11,72 milliards d’euros tandis que les importations ont, elles, baissé de 8 % par rapport à 2017 s’établissant à 10,70 milliards d’euros.              
Résultats, pour la première fois, la balance commerciale du secteur est donc excédentaire et s’établie à +1,02 milliard d’euros en 2018.
Si on regarde de plus près les chiffres, la structure des échanges du secteur est constituée de trois groupes de produit : Les articles de maroquinerie représentent 62% des exportations de la filière, viennent ensuite, les exportations de chaussures et autres articles chaussants avec 30%, puis les matières premières qui ne pèse que pour 5% des ventes.
C’est notamment la filière du « luxe » qui tire vers le haut les exportations de maroquinerie. Hong Kong, Singapour et les Etats-Unis sont les plus gros clients dans ce domaine.

Au niveau de la structure géographique des exportations, plus de la moitié des exportations est destinée à l’Europe et un peu moins du tiers à l’Asie Océanie. Les ventes en Europe, en Asie et en Amérique ont connu un essor de 9%, 12% et 12%.

« Le luxe à la française ne cesse de traverser les frontières et de gagner des parts de marché, notamment en Chine », a déclaré Frank Boehly, président du CNC.

Le secteur de la beauté, une valeur fiable du commerce extérieur de la France.

Les cosmétiques tricolores se portent bien, très bien même ! C’est plutôt une confirmation que nous apporte le bilan 2018 :

Les exportations françaises de produits cosmétiques (parfums, maquillage, shampoings, gels douche, dentifrices, crèmes solaires...) ont franchi la barre des 14,5 milliards d’euros, en hausse de 6,3 % par rapport à 2017 pour une balance commerciale excédentaire de 11.2 milliards d’euros (+6.6 %).

Ce secteur est ainsi le troisième plus important excédent de la France après l’aéronautique (1er) et les boissons, vins, champagne, eaux de vie et alcools (2ème).

Au niveau géographique, l’Europe est le premier marché pour l’exportation (6.6 milliards d’euros).
Hors UE on trouve dans un ordre décroissant, l’Asie avec 3 milliards d’euros (avec une croissance de 16.6 %), l’Amérique du Nord, 1.7 milliards d’euros, la Russie et la Turquie (1 milliard) et l’Amérique du Sud et Centrale avec 534 millions d’euros.

Le cas de l’Afrique est un peu particulier de part les importantes variations selon les pays. Le continent représente environ 196 millions d’euros mais avec des tendances qui peuvent être à la hausse (Afrique Occidentale) ou à la baisse (Afrique du Nord) selon les régions.

Finissons ce tour du monde des exportations françaises de cosmétique avec l’Australie et l’Océanie qui représentent environ 182 millions, chiffre en hausse de plus de 4% par rapport à l’année précédente.

 

Un bilan qui est donc extrêmement positif pour la France, il est dommage que ces réussites ne permettent pas de servir d’exemple pour d’autres secteurs de notre économie !