Huawei, la géopolitique et le commerce ne font pas bon ménage !

Les temps sont durs pour Huawei ! Effectivement les polémiques autour du géant chinois des smartphone n’en finissent pas et prennent une dimension géopolitique dont on mesure mal comment cela peut finir ! Dans un contexte de guerre commerciale et de rivalité technologique entre Pékin et Washington, le numéro deux mondial des smartphones et leader de la 5G (cinquième génération de technologie mobile) est dans le collimateur de l'administration Trump depuis l’année dernière.

Huawei google

Il y a déjà plusieurs mois déjà que la marque chinoise est accusée d’espionnage par les Etats-Unis qui ont rapidement pris des mesures pour limiter l’utilisation des appareils Huawei sur le sol américain. D’ailleurs l’administration Trump a largement incitée des pays partenaires à prendre les mêmes restrictions.

Nouveau tournant le 19 mai dernier, les autorités américaines interdisent tout commerce avec l’entreprise chinoise car jugé « à risque » pour le pays. Google, le fournisseur de la version grand public d’Android compte appliquer la règle et donc rompre toutes relations avec Huawei, privant ce dernier du système Android mais aussi des logiciels, applications et services comme Gmail, Chrome ou encore YouTube. Selon Bloomberg, plusieurs fournisseurs américains comme le géant des micro-processeurs Intel ou le fabricant de puces Qualcomm ont informé leurs employés qu'ils cesseraient, eux aussi, de fournir Huawei jusqu'à nouvel ordre.

Devant l'inquiétude des usagers et des entreprises américaines, qui pourraient être impactés indirectement par la mesure, les Etats-Unis ont accordé un délai de trois mois avant l’application effectif de la sanction et ainsi permettre de à Huawei et ses partenaires commerciaux de s’adapter.
Par ailleurs, Ren Zhengfei, le fondateur du groupe chinois, a annoncé que Huawei était déjà « en discussion » avec Google pour trouver des solutions face à l'interdiction de commercer.

Si la décision de Google ne doit pas trop avoir d'impact en Chine (où la plupart des applications mobiles de Google sont censurées), elle pourrait fortement affecter ses ventes dans le reste du monde, notamment en Europe, le deuxième marché le plus important de Huawei.


Pour rappel, au premier trimestre 2019, Huawei a vendu 59,1 millions de smartphones, ce qui représente une part de marché de 19%, c’est-à-dire devant l'américain Apple mais toujours derrière le leader mondial, le sud-coréen Samsung.

Pour finir, faisons le point sur les pays qui interdisent les produits Huawei à l’intérieur de leurs frontières : Depuis le 2 mai 2019, l'Australie, le Japon, la Nouvelle-Zélande, Taiwan et les États-Unis ont banni les produits Huawei de leurs réseaux mobiles. Si la France est méfiante vis à vis du géant chinois, notamment dans le cadre du développement de la 5G, le Président Macron à précisé que "la France n'a pas vocation de bannir les produits Huawei de son territoire". Pour combien de temps encore ?

Infographie: Quels pays ont banni Huawei de leur territoire ? | Statista

Vous trouverez plus de infographies sur Statista