L'épargne, une longue histoire sans fin !

  • Par
  • Le 2020-09-24

« Qui épargne écu par écu amasse un trésor » ; « Un sou épargné est un sou de gagné » ; « Ce qu'on épargne en été revient fort bien en hiver » ... ces nombreux proverbes populaires, parfois très anciens, qui évoquent la problématique de l’épargne montrent à quel point le sujet préoccupe la population depuis déjà très longtemps.
Petit tour d'horizon d'un sujet de société qui traverse les siècles.

Epargner, quésako ?
 

Il existe de nombreuses définitions de l’épargne suivant de quel acteur économique on parle, l’objectif visé ou encore le moyen utilisé. Selon le Larousse « L’épargne est la partie non consommée du revenu d'un agent économique employée pour constituer un capital ».
Comme dit précédemment en introduction cette volonté de mettre de l’argent de côté est un fait ancien et ce quel que soit les pays. Il suffit de se souvenir de Jean de la Fontaine qui, à travers ses célèbres fables du 17ème siècle, laissait sous-entendre l’importance de se prémunir des aléas de l’avenir en ne dépensant pas tout son argent pour les moments difficiles.
La réaction des acteurs économiques face à la crise du COVID 19 montre que l’épargne est un réflexe qui reste bien ancré dans les habitudes de la population. En effet, entre mars et août 2020 on a vu une large partie de la population faire des économies et donc booster leur capacité d’épargne qui est passé de 15 % environ à plus de 20 % en quelques semaines.

Certes tout le monde n’épargne pas de la même façon et dans les mêmes proportions. Ça dépend de nombreux facteurs comme le pouvoir d’achat, le niveau de la consommation, le prix des produits de placements et leur rendement et c’est également très lié au niveau de confiance dans l’économie, dans les placements, et dans la société.
 

Des moyens classiques…
 

Pour épargner, les ménages ont aujourd’hui à leur disposition une multitude de produits plus ou moins complexes et sophistiqués. Dans cette « hiérarchie » il existe ce qu’on peut qualifier comme une offre « classique » qui regroupe les produits de base de l’épargne.
Si ces derniers sont absolument sans risque par rapport au capital investi, leur rendement est souvent minime. Dans cette catégorie on va trouver par exemple l’historique « livret A » qui, même s’il ne propose qu’un rendement de 0.5 % continue quand même d’attirer une grosse majorité des ménages français.
Il existe de nombreux autres livrets en produits d’épargne que proposent la plupart des réseaux bancaires : « Livret développement durable » ; « Livret d’épargne populaire » ; « Livret jeune »…
Au-delà de cette offre classique il existe cependant d’autre moyen de placer son argent dans une perspective d’épargne .


De l’or et de l’argent pour épargner !
 

Si ce n’est pas une évidence au premier regard, l’or est la quatrième solution d’épargne privilégiée par les Français (qui détiennent d’ailleurs le record mondial de la thésaurisation de l'or), derrière l’investissement dans la pierre, l’assurance-vie et le dépôt d’argent sur un compte bancaire.
Historiquement l’or et l’argent ont toujours séduit les investisseurs dans toutes les classes sociales en représentant un intérêt financier sur quasiment l’ensemble de la planète.
Même si ces métaux sont déjà très utilisés en produit d’épargne on peut cependant se demander pourquoi ne sont-ils pas encore plus fréquents dans le portefeuille des français. L’une des raisons est simple, ne pas savoir comment faire ! On sait facilement demander à ouvrir un « Livret A », on ne sait pas comment faire pour investir dans de l’or ou de l’argent.
Il est vrai que ces 2 métaux semblent encore avoir une image de produit élitiste dans la pensée collective. C’est d’ailleurs pour faire face à cette difficulté que des entreprises proposent leurs services et permettre au plus grand nombre d’accéder à l’achat d’or et/ou d’argent facilement.
Ces prestataires jouent le rôle d’intermédiaire et proposent généralement une palette de services qui rendent aisés les premiers pas sur ce type de marché. Par exemple, racheter vos bijoux en or, acheter des lingots, connaître le cours et prix de l'argent ou encore les perspectives des marchés.

L’engouement pour le métal jaune s’est d’ailleurs confirmé et renforcé avec la pandémie, en jouant, comme, dans de nombreuses crises économiques passées, le rôle de valeur refuge. L’or a vu son cours progressé de 14 % depuis le début d’année 2020.


Des produits toujours plus perfectionnés...
 

Enfin, il existe une autre catégorie de produits plus « technique » ou les rendements peuvent être supérieurs mais avec la contrepartie d’un risque plus ou moins important. C’est ce qu’on appelle des produits « structurés ». Concrètement ces produits viennent d’un dosage précis entre un investissement sans risque et des éléments plus risqués basés sur des supports tels que les devises, les actions, les matières premières ou les taux d’intérêts.
Plus complexe à comprendre, l’accompagnement d’un conseiller financier est indispensable pour les non-initiés.

Finalement, si le sujet de l’épargne est historique il reste néanmoins toujours d’actualité. La crise de la COVID 19 nous montre que les « bons vieux » réflexes de se prémunir contre les problèmes avenirs en constituant son bas de laine est toujours bien présent dans les comportements des ménages. Reste à choisir le bon moyen !