La digitalisation, une nécessité ?

Social selling, pure player, phygital, omnicanalité, inbound marketing... si ces termes sont aujourd’hui devenus courant dans la littérature d’entreprise, il ne faut pas remonter à très loin dans le temps pour que ces mêmes mots soient incompréhensibles par une majorité de personne.
Le monde de l’entreprise ou plutôt le monde en général a véritablement « subit » une nouvelle révolution industrielle ces dernières décennies sous l’influence de la technologie internet. Une révolution qui s’est traduite par un bouleversement sociétal à l’échelle planétaire avec des transformations profondes et rapides tant dans la vie quotidienne que dans les modes de gestion des entreprises. Ces ruptures, portées par les nouvelles technologies naissent avec des propositions de valeur différentes qui redéfinissent nos schémas économiques au point de parler de disruption.

Dans ce contexte les entreprises doivent s’adapter pour passer d’une stratégie marketing traditionnelle à une stratégie digitale.

Un raz de marée sociétal !

La dernière édition du Rapport Digital annuel (Digital Report 2020) propose les chiffres sur les tendances du digital, du social media et du e-commerce dans le monde, le constat est simple : la digitalisation de l’économie et de la société en général s’accentue et continue sa progression tel un rouleau compresseur que rien ne semble pouvoir arrêter.
Quelques chiffres clés : 4.54 milliards de personnes sont connectés dans le monde, une augmentation de 7 % par rapport à l’année précédente ; un internaute est en moyenne 6 heures et 43 minutes  sur le web et 49 % de la population mondiale utilise les réseaux sociaux (+9 % en un an).
 

Un consommateur résolument « online »

Le consommateur est désormais constamment connecté ! Que ce soit sur son smartphone, sur sa tablette, son ordinateur ou encore sa télévision, le client se trouve aujourd’hui sur la toile et internet devient le premier média.
La séparation du « online » et du « offline » n’existe plus et ça se traduit concrètement dans le parcours d’achat. Différentes études pointent du doigt que c’est notamment lors de la phase de recherche d’information pour préparer un achat, que le consommateur utilise internet. Consultation d’avis, réseaux sociaux, sites web d’entreprise ou encore comparateur en ligne sont autant de moyens à disposition du futur acheteur et qui lui permettent de devenir ce que les entreprises n’hésitent pas à qualifier de consommateur « expert ».
On assiste, à travers cette utilisation intensive d’internet, à un changement de main du « pouvoir ». Cette facilité d’accès à l’information, mais aussi cette possibilité de diffuser un avis qui peut rapidement créer un « buzz » sur les réseaux sociaux, donnent au client des moyens de pressions sur l’entreprise.
La présence sur le web devient alors une question de survie pour acquérir, convaincre mais aussi fidéliser un client aujourd’hui.

La transformation digitale de l’entreprise, une évidence !

On peut comparer l’obligation qui s’impose à une société d’intégrer les technologies du digital à celle d’utiliser la vapeur ou encore l’électricité lors des révolutions industrielles qui ont jalonnées l’histoire économique.
Cette nécessité est d’ailleurs confirmée par l’apparition d’un écosystème lié à cette démarche d’adaptation. On voit en effet apparaître une multitude de prestataires de services qui proposent un accompagnement dans le monde digital (https://digitalintegral.fr) d’abord pour tout simplement continuer d’exister mais surtout de performer dans cette nouvelle économie.

Des outils bien spécifiques

Avec ce changement profond de paradigme dans la relation marque/consommateur, que ce soit en amont, pendant ou en aval de l’acte d’achat, des outils ou méthodes propres à la digitalisation sont apparus.
Avoir un site internet est maintenant un acquis pour une grand nombre d’entreprises, mais il est également admis que sa simple existence ne suffit pas. Il faut le faire vivre avec tout ce qua ça demande comme concepts à maîtriser : référencement, visibilité, positionnement, campagne display, ...

Au-delà du site web proprement dit, la digitalisation de l’entreprise passe par d’autres techniques à intégrer.
Sans vouloir être exhaustif, on peut citer l’inbound marketing qui est basé sur « l’attirance » de la marque sur la toile, le social selling qu’on peut résumer en l’utilisation des réseaux sociaux dans une optique de vendre ou d’entretenir une relation client, la publicité display qui regroupe les différentes façons de faire de la publicité en ligne... et la liste est encore longue. Tout une littérature est disponible pour connaître les bases de ces méthodes et outils mais leur mise en application nécessite bien souvent de faire appel à un prestataire spécialisé comme décrit ci-dessus.


La transformation digitale modifie en profondeur le marketing qui devient ce que Philip Kotler désigne comme le marketing 4.0. Les entreprises ne peuvent que s’adapter à cette évolution où chaque changement accélère le suivant. N’est-ce pas là les bases du marketing, s’adapter en continue à un environnement en constante évolution ?