La distribution automatique dans tous ses états !

Si en termes de stratégie marketing l’uniformisation des pratiques au niveau international ne va pas de soi, il y a des méthodes qui font l’unanimité à travers la planète. C’est le cas de l’utilisation des distributeurs automatiques dans les politiques de distribution des entreprises.

En effet, aujourd’hui on trouve de tout en distribution automatique et la plupart des pays, notamment européens, sont concernés.

Petit tour d’horizon et du monde de cette manière de proposer aux consommateurs un produit !

Un distributeur automatique, c’est quoi ?

Si on doit définir le procéder on peut dire qu’un distributeur automatique est une machine qui offre la possibilité à un consommateur d’obtenir un produit sans l’intervention d’une personne. On peut dater l’apparition de cette technique à la fin du 19ème siècle avec le début de l’ère industriel et elle aurait été mis au point en France. La technologie a ensuite été rapidement utilisé dans de nombreux pays et déjà pour différent produits : Angleterre (1880) pour des timbres, cartes postales puis des livres, en France (1889) pour des boissons, aux Etats-Unis (1897) pour des gommes à mâcher... et depuis ça ne s’arrête plus...

Du café à la voiture !

Aujourd’hui, on trouve de tout par le biais d’un distributeur automatique ! Je ne parlerai pas des produits les plus courants que tout le monde connaît pour ne donner que des exemples surprenants :

Le dernier en date ce sont des voitures ! C’est en Asie, plus précisément à Singapour, que Gary Hong un concessionnaire singapourien, à mis au point le premier distributeur automatique de voiture de luxe au monde. Si ce dernier annonce une augmentation de ses ventes de 30 % grâce à son invention, il annonce également que le dispositif va rapidement être développé dans d’autres pays comme Taïwan, Indonésie... A quand un distributeur automatique de voiture en France ?
Et que dire des distributeurs de crabes vivants en Chine, du cannabis au Canada, des cravates au Japon ou encore des Basket à Londres...
Si le cas des voitures montre déjà que ce moyen de distribution ne se limite pas aux produits peu onéreux, d’autres exemples viennent confirmer : On peut trouver du Caviar à Los Angeles, de l’or à New-York ou Dubaï, des montres de luxes à Miami... le prix le plus élevé référencé dans un distributeur automatique est 750 000 euros aux Etats-Unis. Inutile de dire que le paiement ne se fait pas en pièces...


Quid de la France ?

La France représente un marché d’environ 2.5 milliards d’euros (13 milliards pour l’Europe), ce qui représente 630 000 distributeurs installés et 15 300 salariés. 70% des machines sont installés dans des entreprises et 70 % de celles-ci sont des distributeurs de boissons chaudes.
Sur ce marché on peut distinguer trois types d’intervenant qui sont les fabricants de distributeurs automatiques et d’accessoires, les fournisseurs de produits et des gestionnaires de service automatique.

L’hexagone est sujet au même engouement que les autres pays et on peut trouver une offre très variée, dont du pain frais, des fruits et légumes, pharmacie, épicerie, cosmétique, pizzas... D’ailleurs le paradoxe du développement importants des produits pouvant constituer une offre en distributeur automatique ainsi que du nombre de fabricants est qu’il devient difficile de savoir quoi choisir.

Une entreprise qui souhaite proposer ce type d’appareil à ses salariés et/ou clients et visiteurs, va se poser la question de savoir quelle technologie choisir, quels produits proposer et où le positionner. De même, un entrepreneur qui veut se lancer dans ce business va hésitez sur les mêmes thématiques.

La problématique n’est pas si simple à résoudre. A tel point que des prestataires permettent d’aider à prendre les bonnes décisions pour ne pas se tromper dans le choix de son distributeur automatique. Ils sont notamment de bons conseils pour le respect de la réglementation en vigueur dans ce domaine.

Perspective

Certes, les fameux GAB (guichet automatique de billets) ont tendance à fermer ce qui a entraîné une certaine stagnation du marché des distributeurs, mais ce dernier repart à la hausse, notamment grâce à ces innovations technologiques qui permettent la diversification des produits possibles. 
On se rend également compte que la spécificité première de ces appareils, qui est de rendre accessible une offre de façon permanente, correspond à une exigence bien actuelle des consommateurs d’aujourd’hui, des produits accessible 24h/24.

Une autre tendance tire la croissance de ce marché vers le haut, c’est le « drive piéton » à consigne comme le propose Carrefour à Orléans, qui utilise des casiers réfrigérés pour garder les produits et qui fonctionne comme un distributeur automatique.

On peut enfin parler de ces nouveaux magasins sans personnel qui se développe dans de nombreuses villes du monde. Ils fonctionnent comme des distributeurs automatiques géants dans lequel le consommateur entre pour se servir et payer sans la moindre intervention humaine.

Au regard de l’ensemble de ces éléments il paraît évident que ce canal de distribution, qui à quand même plus d’un siècle d’existence, a encore de beaux jours devant lui !