La France à l'international, ce n'est pas que des mauvaises nouvelles !

Même si le déficit de la balance commerciale du pays s’est creusé en 2017, les trois premiers mois de 2018 apportent quelques bonnes nouvelles sur les performances de la France dans ses activités liées au commerce international.
Positivons...

 

En effet, c’est tout d’abord au niveau des investissements hors de nos frontières que les entreprises françaises se font valoir. Contrairement à ce que laisse penser le passage sous bannière étrangère d’entreprises françaises en 2017, notre industrie se porte bien et passe à l’offensive. Depuis janvier, les grandes entreprises françaises ont dépensé 50 % de plus que l'an dernier pour des cibles étrangères, soit 54,8 milliards de dollars, ce qui constitue un montant historique pour la France.

C’est par exemple AXA avec l'achat de XL Group pour 15,1 milliards de dollars, Sanofi qui s’offre deux acquisitions coup sur coup, Bioverativ à 10,9 milliards de dollars et Ablynx pour 4,86 milliards, ou enfin Essilor, le français numéro 1 mondial des verres optique qui s’est emparé de Luxottica. 

Les entreprises françaises ont bien compris la nécessité d’une taille suffisante pour lutter dans une économie globalisée et pour éviter le risque d’absorption.
Il faut préciser que sur la même période les rachats réalisés dans l’hexagone n’ont représenté que 4 milliards de dollars, ce qui représente une baisse de 55 % par rapport à l’année précédente. Tendance qui peut s’expliquer par un manque de perspective de croissance au niveau national !

Cependant et c’est là qu’intervient l’autre aspect favorable, l’attractivité de la France semble de retour pour les investisseurs étrangers ! Depuis 10 ans, c’est un record pour la France, en 2017 environ 1 300 projets d’investissement étrangers ont été engagés dans l’hexagone. Selon Business France ces projets pèseraient plus de 33 000 emplois dans le pays et représente 16 % d’augmentation par rapport à l’année précédente. Dans le détail, 50 % des décisions concernent des ouvertures de nouveaux sites et 42 % des extensions d'activité de sites existants, les 8 % restants constituant des rachats d'entreprises.

Plus surprenant et à contre-courant des annonces du Président américain, les investissements en provenance des Etats-Unis représentent 18 % du nombre total de projets et 21 % des emplois créés ou sauvegardés. Cela fait du pays de l’Oncle Sam, le premier investisseur étranger en France !

Pour beaucoup d’observateurs cette tendance positive est la résultante d’un effet Macron combiné à une conjoncture économique favorable.

Résultat de recherche d'images pour "attractivité de la france 2018"