La propriété intellectuelle, un concept mondial !

Le 26 avril dernier se déroulait, comme tous les ans, la journée mondiale de la Propriété Intellectuelle proposée par l'OMPI (Organisation mondiale de la propriété intellectuelle).
Instauré en 2000 dans le but d'améliorer la compréhension du concept par le grand public, le choix du 26 avril correspond à la date d'entrée en vigueur de la convention instituant l'OMPI en 1970. Depuis, la journée mondiale de la propriété intellectuelle offre chaque année une occasion unique de réfléchir au rôle de cette propriété dans l'évolution de nos socitétés.

Le Dico du Commerce International vous invite à un voyage au coeur de l'innovation et de la créativité.

 

Unnamed

La propriété intellectuelle, d’abord une définition…

Selon l’INPI (Institut national de la propriété intellectuelle), la propriété intellectuelle regroupe la propriété industrielle et la propriété littéraire et artistique. La propriété industrielle a plus spécifiquement pour objet la protection et la valorisation des inventions, des innovations et des créations.
Outil de lutte contre la contrefaçon ou le plagiat, la propriété intellectuelle permet à l’auteur d’une création de protéger son œuvre et de lui octroyer les avantages issus de cette œuvre.
Ce concept de propriété intellectuelle peut concerner un droit d’auteur (domaines littéraire et artistique), un brevet (concerne une invention), une marque de produit, d’entreprise, un dessin ou modèle industriel ou encore une indication géographique.

Les droits de propriété intellectuelle s'acquièrent par un dépôt (dépôt d'un brevet, d'un dessin ou modèle ou d'une marque) auprès de l’INPI pour une protection nationale ou l’OMPI étendre cette protection sur d’autres pays.
Les droits donnent un monopole d'exploitation (sanctionné par l'action en contrefaçon) et constituent à la fois une « arme » défensive et offensive pour les entreprises détentrices de ces droits.

Les brevets dans le monde en temps de Covid

Malgré une économie mondiale fragilisée par la pandémie, les demandes internationales de brevets déposées à l’OMPI par l’intermédiaire du Traité de coopération en matière de brevets (PCT) ont augmenté de 4 % en 2020, pour un total de 275 900 demandes, ce qui constitue un record.

Grâce à une croissance annuelle de 16,1 %, la Chine reste le premier déposant avec 68 720 demandes, suivi des Etats-Unis avec 59 230 demandes (+ 3 %).
Comme en 2019, les deux premiers déposants sont suivis du Japon (50 520 demandes, -4,1 %), de la Corée du Sud (20 060, +5,2 %), de l’Allemagne (18 643, - 3, 7%), et de la France à la 6e position (7 904, - 1 brevet). 

Outre les principaux déposants, d'autres pays ont connu une forte croissance : l'Arabie saoudite (+73,2 %), la Malaisie (+ 26,2 %), le Chili (+ 17 %), Singapour (+ 14,9 %) et le Brésil (+ 8,4 %).

Un bel exemple français, SEB !

Avec près de 250 millions de produits fabriqués par an et une présence sur tous les continents, protéger l’innovation est une priorité du groupe Seb.  A ce titre le groupe français possède un portefeuille mondiale de plus de 40 000 titres de propriété intellectuelle.

En 2020, Seb a déposé dans le monde 443 brevets, 312 modèles et 166 marques.  Un investissement qui lui permet de sécuriser ses efforts en matière d’innovation : le groupe a consacré l’an dernier 3,5 % de son chiffre d’affaires à la R&D.
Une stratégie payante !

 

Au moment où la reprise économique constitue une priorité afin de faire face aux répercussions de la crise de la COVID 19, la Journée mondiale de la propriété intellectuelle 2021 à mis en lumière la manière dont les PME peuvent utiliser leurs actifs de propriété intellectuelle pour bâtir des entreprises plus fortes, plus compétitives et plus résistantes et pour créer des emplois.