La traduction professionnelle, un des remèdes au problème d'internationalisation des entreprises françaises !

Il y a 10 mois le gouvernement proposait le PACTE le Plan d’Action pour la Croissance et la Transformation des Entreprises. Ce PACTE qui sert de ligne conductrice pour permettre aux entreprises françaises de rester, ou mieux, de gagner en compétitivité, aborde notamment le problème de l’internationalisation.
Avec seulement 125 000 entreprises exportatrices (220 000 en Italie et 31 000 en Allemagne), la France peine dans ce domaine. Preuve en est, une balance commerciale déficitaire de 59.9 milliards d’euros en 2018 !

Pourtant, avec Business France en chef d’orchestre, la France n’est pas lésée en dispositifs d’accompagnement, organismes et aides en tout genre pour favoriser cet essor international des entreprises.

Un problème de langues...

Au-delà des aspects purement techniques du commerce international, d’autres aspects jouent un rôle important dans la problématique de l’international. Concentrons-nous sur un point important : la maîtrise des langues étrangères.

En effet, si la France est reconnue pour son « made in France » dans beaucoup de domaines, elle est également réputée pour son manque de connaissance des langues et une tendance à l’ethnocentrisme.

Certes, on dénombre entre 3000 et 7000 (ça dépend des définitions) langues vivantes parlées dans le monde, il est donc difficile d’envisager de pouvoir converser dans chacune d’elle ! On sait également que les langues les plus parlées sont le mandarin, l’espagnol, l’anglais, l’hindi, l’arabe, le portugais, le français arrive ensuite.
Hors pas de commerce international sans connaissance de la langue du pays visé !

Cet état de fait est d’ailleurs à l’origine du développement du marché de la traduction qui, avec une augmentation de 6 % par an du chiffre d’affaires global devient un indissociable de l’activité international des entreprises. 
Les prévisions pour la traduction professionnelle en 2019 suivent la même tendance !
Ce marché très concurrentiel, dont la croissance ne semble pas devoir s’arrêter dans les années à venir, voit arriver de nombreux acteurs.

Dans ce contexte, on peut citer l'agence de traduction professionnelle Tomedes qui a investi le marché de la traduction et de la localisation en 2018 et continue son chemin en 2019 grâce à un savoir-faire qui a rapidement fait ses preuves.

Une agence de traduction, oui mais pour quelle plus-value ?

Effectivement on peut se poser la question de l’intérêt de ce type de service alors qu’aujourd’hui de nombreux outils permettent de faire de la traduction facilement.

La réponse et simple et peut tenir en un seul mot « Transcréation » (appelé également « Localisation »). Si demander l’addition au restaurant ou encore où se trouve le parking le plus proche, ne pose à priori pas trop de problème de traduction (quoique...), faire du marketing est bien plus complexe.
La traduction littérale d’un slogan, d’un nom de marque, d’une notice technique ou de la promesse d’une marque ne peut pas se faire avec un simple outil de traduction. C’est avec la compétence de vrais professionnels que l’adaptation parfaite du texte à la culture étrangère dans laquelle il doit être utilisé peut se faire. 
Il y a les mots, leur sens premier, leur sous-entendu, les émotions qu’ils entraînent... tout doit faire l’objet d’une adaptation culturelle.

L’actualité marketing présente une pléthore d’échecs comme par exemple Pepsi qui souhaitait conquérir le marché chinois. Le slogan original « Come alive with Pepsi Generation » du groupe avait été traduit par « Pepsi brings your ancestors back from the grave » en chinois mandarin, ce qui peut être traduit comme « Pepsi ramène vos ancêtres de la tombe » !

On comprend, sans explication supplémentaire, la nécessité d'une agence de traduction professionnelle.

Un environnement propice !

Il est évident que la tendance à la globalisation des économies, au développement des échanges interculturels et commerciaux est un mouvement de fond qui ne va pas s’arrêter demain. Même si certains pays revendiquent un repli (Brexit), si certains Présidents s’enferment dans une vision protectionniste de leur économie (Donald Trump), d’autres pays comme la France, l’Allemagne, la Chine savent pertinemment que le développement de l’économie nationale passe, paradoxalement, par les échanges avec l’extérieur. Dans ce contexte il est fort à parier que l’avenir du marché de la traduction a encore de beaux jours devant lui !