Les J.O. 2018, un événement international sportif et... géopolitique !

Cette semaine c’était l’ouverture des XXIIIème Jeux Olympiques d’hiver à Pyeongchang en Corée du Sud. Un événement véritablement international qui trouve sa place dans le Dico du commerce international à plus d’un titre.
Explications...
 

Tout d’abord par rapport au nombre de pays engagés dans la compétition : 92 comités nationaux olympiques. C’est un record, le dernier était de 88 aux Jeux de Sotchi en 2014. De ce nombre découle le nombre d’athlètes, qui est également un record : 2 925 athlètes. Parmi eux 108 français, là par contre c’est 6 de moins qu’à Sotchi.

En matière de chiffre, il en reste un à évoquer, c’est le coût de ces jeux : Estimés en 2011 à 6,4 milliards d’euros, le coût de ces Jeux a bondi à près de 10,5 milliards d’euros. Loin des 17,5 milliards d’euros de Sotchi en 2014.

Mais au-delà des chiffres, les Jeux Olympiques sont également l’occasion de voir des situations « géopolitiques » inattendues : Le premier et le plus médiatique est sans doute celui entre la Corée du Sud et du Nord… Ils ont défilé ensemble lors de la cérémonie d’ouverture et, là c’est presque de la caricature, les frères ennemis constituent une équipe de hockey féminine commune ! D’ailleurs la cérémonie d’ouverture a été l’occasion un échange de politesses encore impensable il y a quelques semaines entre la sœur de Kim Jong Un et le président sud-coréen.
On voit aussi des Russes (d’abord suspendus pour dopage) défiler auprès des Nations qui prennent des mesures économiques contre eux, des américains aux côtés de chinois ou encore de Nord-coréens, des européens, des africains (12 représentants du continent) …

Si les J.O. ont souvent été l’occasion de tensions avec des boycottes par exemple, si les J.O. servent aussi de vitrine aux pays, notamment organisateur, pour montrer leur puissance, si les J.O. ont déjà été outils de propagande, les J.O. restent un vecteur diplomatique privilégié.
C’est aussi ce formidable rapprochement des peuples par le sport, cet internationalisme pacifiste comme dans l’idéal d’un certain Pierre de Coubertin qui se concrétise par un principe de « neutralité » : « En théorie, les Jeux ne sont pas attribués à des pays, mais à des villes. De même, ce ne sont pas les pays qui sont récompensés, mais les athlètes » comme le fait remarquer Julien Sorez, historien du sport.

Résultat de recherche d'images pour "les JO 2018 événement géopolitique"