Ecommerce efficace, soyez technique !

Tout récemment Le Dico du Commerce International vous proposait un article sur le e-commerce comme outil d’internationalisation.
Aujourd’hui allons un peu plus loin dans le processus ! Si avoir son propre site de e-commerce est une étape importante dans la démarche d’exportation (et sans doute la principale), elle n’est pas une fin en soi ! Il faut maintenant le faire « vivre », le rentabiliser et assurer la pérennité du site. Intéressons-nous aux différents aspects qui permettront de faire de votre création un outil rémunérateur que ce soit en France comme à l’étranger.

Tour d’horizon de quelques « e-techniques » qui pourront booster votre e-commerce !
Ecommerce

Un nom de domaine, un élément stratégique !Nom de domaine

Le choix du nom de domaine du site ne doit pas être issu du hasard ou de la fantaisie, mais bien d’une véritable réflexion autour des mots, de la forme et de l’extension notamment.
La première chose est sans doute dans le choix du ou des mots et leur sens. Quel terme choisir pour représenter l’activité du site ? Sans entrer dans des considérations de psychologie cognitive, du simple bon sens peut suffire pour choisir le terme approprié. La difficulté est si vous souhaitez avoir une envergure internationale, là le terme doit avoir un sens ou encore être mémorisable dans différents pays. Le vocabulaire anglo-saxon peut être une solution à cette problématique. A ce niveau on peut conseiller de tester les mots du nom de domaine auprès de personnes appartenant à votre cible (test d’association d’idée par exemple).

Le nom de domaine, doit-il être court, avec ou sans tiret... ? Il n’y a pas de réponse universelle ! Un nom de domaine qui ressemble à « gftezrs.fr » est court mais est-il pour autant mémorisable ? Encore une fois le bon sens doit vous guider dans vos choix...
Pour la question des tirets, il y a des modes. Il y a quelques années les tirets étaient à la mode entre chaque mot pour faciliter la saisie et la compréhension. Aujourd’hui, la mode est inversée et la tendance est de ne plus mettre de tiret du tout. A priori, selon plusieurs tests, Google préfère les noms de domaine sans tiret, comme c’est plutôt le cas aux Etats-Unis.
Dans tous les cas, le tiret est bien celui de la touche « 6 » !

Pour ce qui est de l’extension du nom de domaine, si vous souhaitez donner une dimension internationale à votre site, il conviendra d’éviter les extensions liées au pays comme par exemple .fr (France) ; .ca (Canada) ou encore .cn (Chine)... Il est préférable de s’orienter vers une extension du type .com.
Il existe également une extension « .international » qui peut être une option intéressante.
Dans tous les cas il ne faut pas oublier de vérifier la disponibilité et de faire enregistrer le nom de domaine choisi !

 Le dropshipping, what does it mean ?

Derrière ce terme se cache la réponse à une problématique très importante du gestionnaire d’un site de e-commerce : gérer les stocks et la livraison des produits achetés, aspect logistique est d’autant plus important si vous vendez à l’étranger !
Pour faire face à ces deux contraintes, on a vu apparaître ces dernières années la technique du dropshipping. Véritable solution commerciale pour gérer un site e-commerce, le dropshipping permet de trouver les produits à vendre, gérer le stock, préparer le conditionnement, s’occuper de l’expédition...
A travers les conseils et informations diffuser ces plateformes constituent un véritable partenaire dans la démarche d’entreprenariat sur le web.

Quelle stratégie en matière de langue ?

Drapeaux

Dans l’optique d’un site e-commerce international, il faut évidemment se poser la question de la langue. Différentes stratégies sont possibles selon vos objectifs, vos compétences linguistiques mais aussi de vos moyens.
Première solution, sans doute la plus évidente mais aussi la plus onéreuse, avoir un site par pays ciblé ! Dans ce cas la langue utilisés est adaptée à chaque pays, mais cette stratégie demande également une adaptation de l’ensemble du site au pays : présentation, visuels, couleurs, nom de domaine... On comprend tout de suite les limites de cette solution : le coût de création et de maintenance des différents sites et le temps à y consacrer.

Autre solution, c’est le site « multilingue ». Dans ce cas on peut créer dans l’architecture du site original, un deuxième silo avec des pages traduites en différentes langues et qui auront le même nom de domaine. Solution moins onéreuse et plus facile à gérer, il faut dans l’idéal le prévoir dès la conception du site.
L’inconvénient est que si vous gardez la même charte graphique que les pages de la langue d’origine, celle-ci ne sera pas forcément adaptée aux cibles des pages traduites.

A proscrire ! On évitera de mettre sur une même page des textes dans différentes langues...

Créer son business sur internet est de plus en plus facile mais le transformer en affaire rentable nécessite de maitriser une multitude de paramètres techniques. Dans une dimension internationale des contraintes interculturelle viendront s’ajouter et complexifier la démarche.