Blog

Les règles d'utilisation du blog

  • Le blog est en consultation totalement libre.
  • Si vous souhaitez proposer un billet à mettre sur le blog, vous pouvez me le soumettre par mail à travers la rubrique "Contact" du site. Sur ces billets vous pouvez aborder un sujet d'actualité sur les relations internationales au sens large du terme, vous pouvez commenter des billets postés par d'autres membres, ou encore un sujet lié aux études dans le domaines de l'international.
  • Une fois que le contenu de votre billet est validé, il est publié sur le blog.

Alors n'hésitez pas, rejoignez la communauté internationale du Dico du commerce international !

 

  A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P   Q   R   S   T   U   V   W   X   Y   Z

La Chine au Maroc, un projet pharaonique !

Quand on parle des ambitions économiques mondiales de la Chine, on ne mesure pas toujours très bien l’ampleur de leurs moyens d’action !

Le Dico vous propose un exemple concret de la façon dont le géant asiatique s’y prend pour atteindre son objectif de leader économique et commercial au niveau mondial !
C’est en Afrique et plus précisément au Maroc que la Chine va investir massivement.
En effet, le royaume marocain a signé ce lundi 20 mars une convention avec le groupe chinois Haite pour l'édification d’une ville industrielle, la "Cité Mohammed VI Tanger Tech".

Réalisation titanesque, cette future mégapole industrielle sera sans aucun doute l'un des plus grands projets africains de la décennie. Le projet en quelques chiffres (selon le groupe chinois Haite, promoteur de cette opération) : Investissement de 10 milliards de dollars sur dix ans, implantation de 200 entreprises, un ensemble sur 20.000 hectares, un pôle économique capable de générer 100.000 emplois, dont un minimum de 90.000 emplois bénéficiera aux habitants de la région de Tanger et enfin jusqu'à 300.000 habitants pourront vivre dans cette nouvelle ville.

Ce nouveau pôle, basé dans la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima est issue d’une collaboration entre le Maroc (région Tanger-Tétouan-Al Hoceima), le groupe chinois Haite, conglomérat présent dans l'aéronautique, l'automobile, l'électronique, le textile, l'énergie, l'immobilier, situé à Chengdu (centre de la Chine) et la banque marocaine BMCE Bank.

Depuis cette base en Afrique du Nord, la Chine compte utiliser les réseaux commerciaux du continent, mais aussi d'Europe, d'autant que le site est situé non loin du port en eaux profondes et de la zone franche de TangerMed.
Le Maroc, lui, veut profiter de l'expérience qu'a développée la République populaire de Chine en matière d’implantation de villes industrielles, notamment sur l’intégration réussie des zones industrielle, commerciales, résidentielles mais aussi de loisirs.

Le premier coup de pioche sera donné durant le deuxième semestre de 2017 et l'édification de cette cité chinoise devrait durer 10 ans !

Résultat de recherche d'images pour "maroc chine ville" Résultat de recherche d'images pour "maroc chine ville"

Lire la suite

Classement du voyageur le plus "libre" du monde !

Saviez-vous qu’il existe un classement des pays en fonction des facilités de voyages de leurs habitants ? En effet, tous les voyageurs ne sont pas logés à la même enseigne. En fonction du passeport qu’ils possèdent (et donc de leur nationalité), ils peuvent rencontrer de nombreuses barrières pour se rendre à l’étranger, ou au contraire voyager presque partout sans visa. 

Si plusieurs classements de  ce type existe, l’un des plus connus et plus anciens est celui du cabinet d’avocats anglo-saxon Henley & Patner qui propose une édition annuelle depuis 2006.
Ce classement est basé sur le nombre de pays dans lequel un citoyen d’un pays peut se rendre sans avoir à demander un visa. Ce classement est effectué sur la base de données de l’Association internationale du transport aérien (IATA).
Le classement 2017 vient d’être annoncé et c’est pour la quatrième année consécutive, l’Allemagne qui est sur la première marche du podium. Un voyageur allemand peut se rendre dans 176 pays uniquement avec un passeport et sans avoir à présenter un visa. La deuxième place est occupée par la Suède (175 destinations sans visa). Cinq pays (le Danemark, l'Espagne, les Etats-Unis, la Finlande et l'Italie), se partagent la troisième marche, permettant à leurs ressortissants de se rendre librement dans 174 pays.
La France est quant à elle dans le peloton suivant et partage avec l'Autriche, la Belgique, le Luxembourg, la Norvège, les Pays-Bas, le Royaume-Uni et Singapour la quatrième place : les citoyens de ces pays peuvent en effet franchir 173 frontières sans visa.
En bas du classement et selon toute logique on trouve  l’Afghanistan, l'Irak, le Pakistan et la Syrie avec un accès à moins de 30 pays. Notons quand même que ces pays sont derrière la Corée du Nord pour laquelle les citoyens peuvent accéder à 38 pays sans la formalité du visa.

Si le classement change peu depuis quelques années, en tout cas pour  les 10 premiers, il est fort à parier que ce ne soit plus forcément le cas dans un futur proche si on prend en compte le phénomène Brexit et l’arrivée de Donald Trump au pouvoir… Affaire à suivre.

DR-Henley & parners

Lire la suite

La Russie ne plaisante pas avec les géants du numérique !

En dehors du climat parfois rude, le pays des Moscovites peut être ressenti comme glacial par de nombreuses firmes, notamment dans le domaine des technologies de l’information et des communications.

Cette semaine c’est Apple qui fait les frais d’une législation rigoureuse en étant accusé de pratiques anticoncurrentielles.
En effet, dans une décision rendue publique le 14 mars 2017, le service fédéral antitrust russe (FAS) accuse la firme à la pomme d’avoir eu recours à des pratiques illégales avec ses distributeurs Russes.
Selon les résultats d'une enquête menée par l’autorité durant plusieurs mois, la filiale russe d'Apple aurait forcé seize revendeurs de mobiles du pays à vendre ses smartphones à un prix fixe, en les surveillant pendant plusieurs mois et en envoyant des mails de rappel à l'ordre en cas de prix jugés « inappropriés ». L'entreprise aurait également menacé les contrevenants de résilier leurs contrats de vente. Cette pratique anticoncurrentielle a, selon le FAS, commencé depuis le début des ventes officielles de l'iPhone 5, en 2012.
Dans un premier temps, en août dernier, Apple niait l'accusation et assurait que les revendeurs étaient libres de leurs prix en Russie et ailleurs. L'autorité a finalement trouvé la preuve que la filiale russe d'Apple avait ce type de pratique. Désormais condamnée, la filiale russe dispose de trois mois pour faire appel, sinon elle pourrait être forcée de payer une amende allant jusqu'à 15% de ses ventes au pays du rouble.

Si la Russie reste une cible convoitée par de nombreux groupes internationaux, il apparaît que le pays membre des BRICS n’est pas prêt à laisser faire n’importe quoi sur son territoire, notamment par les géants du net et des communications. Rappelons que Les autorités russes de la concurrence avait condamné en août 2016, le géant américain Google à une amende de 438 millions de roubles (six millions d'euros) pour abus de position dominante avec son système d'exploitation pour smartphone Android ; ou encore plus récemment, la condamnation du site LinkedIn pour une violation grave concernant le stockage des données personnelles des citoyens russes.

Résultat de recherche d'images pour "russie"

Résultat de recherche d'images pour "apple google"

Lire la suite